22 juin 2013

Summer is here.


Les vacances sont là, tout comme l'été. Je suis en vacances donc.

Le dernier jour de cours a été plutôt dur, ça fait bizarre de dire au revoir à des gens avec qui j'ai autant partagé, tout en sachant que l'année prochaine ils feront des études ailleurs, mais je sais que c'est mieux pour eux, puisqu'ils s'épanouiront, et je souhaite ça à toutes les personnes que j'aime : faites des études qui vous plaisent, épanouissez vous, trouvez vous.

Cette année d'hypokhâgne a été une année très enrichissante, très épanouissante, même si j'ai eu parfois des gros moments de doute, des moments de tristesse, de ras le bol. Je me suis vraiment épanouie en hypokhâgne, sûrement parce que je me suis dépassée, j'ai travaillé comme jamais, et j'ai l'impression d'avoir beaucoup muri. Après, ça peut sembler prétentieux de dire ça, de tirer des conclusions aussi rapides, mais le fait est que cette année est probablement la meilleure année de toute ma scolarité. 

Je crois que j'ai un peu de mal à me dire que pendant deux mois, je ne vais rien faire. Bien sûr, je vais travailler dans la librairie de mes parents, histoire de les dépanner, et aussi de me faire un peu de sous pour l'année à venir. Mais je vais aussi passer, dès demain, deux semaines dans la Drôme, et j'ai vraiment hâte de pouvoir me détendre. Bien sûr j'ai une conception un peu biaisée de la détente (sûrement parce que je ne réalise pas encore que je suis en vacances). J'espère pouvoir tirer profit de ces deux semaines de vacances en famille (sans mon amoureux...) pour pouvoir lire, me reposer (le but des vacances), et commencer à ficher. Oui, j'ai hâte de me mettre à travailler. Mais attention, je n'ai pas hâte de retomber dans le stress de cette année (vous savez, les colles, les DS du mercredi, le vocabulaire à apprendre toutes les deux semaines...) mais plutôt de travailler à mon rythme. De pouvoir travailler ce que je veux, autant que je le veux (la fameuse frustration de l'élève en prépa qui a l'impression de ne pas pouvoir travailler un sujet jusqu'où il le voudrait -même si je pense que c'est pareil partout dans les études supérieures-), et quand je le veux. Je vais prendre beaucoup de plaisir à travailler le français, j'ai d'ailleurs déjà plus ou moins commencé, j'ai lu Koltès Dans la solitude des champs de coton qui est vraiment incroyable, mais qui nécessite à mon humble avis une deuxième (voire troisième) lecture. 

Je pense pouvoir bloguer un peu plus cet été, par contre, attendez vous à des billets sur l'année à venir, ou bien sur l'avancée de mon travail. Ca ne va pas être super funny-fun ;)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire